De retour d’Angoulême

Deux jours de festival assez crevant, et on ne s’en rend compte qu’après, mais alors on s’en rend bien compte.

Et comme prévu, de belles rencontres. Celle avec Comes va me poursuivre pour la vie. Et puis cela fait du bien de pouvoir parler et simplement voir ses éditeurs et collaborateurs (Casterman) alors qu’ils sont bien trop pris le reste de l’année.

0 réflexion sur « De retour d’Angoulême »

  1. Une belle rencontre aussi vécue par celui qui se tenait de l’autre côté du stand CASTERMAN (et à qui vous aviez fait une dédicace spéciale le dimanche il y a deux ans pour l’Ultime Défi) .
    Merci pour votre disponibilité et celle de Jules Stromboni, les gages de sympathie que vous adressez à votre public et au plaisir de vous recontrer à nouveau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *