Archives de catégorie : En ce moment…

Visite de l’exposition Da Vinci à la Cité des sciences

Visite de l’exposition Da Vinci à la Cité des sciences avec ma fille Sélina.

Belle exposition bien faite, assez spectaculaire par moment grâce aux maquettes exposées. Dès l’entrée, des bornes interactives permettent de replacer la vie de Da Vinci dans son contexte historique au sens large.

Les problématiques explorées par l’inventeur (il ne s’agit pas tant de son travail de peintre plutôt que celui d’inventeur, musée des science oblige) sont développées avec des exemples de recherches contemporaines, comme en témoigne le projet d’oiseau autonome, ou celui de l’anguille, conçu autour de la même méthodologie de création consistant en une observation initiale des mécanismes naturels.

A noter que les non-voyants et mal-entendands sont les bienvenus: les visites étant également organisées en langage des signes et abondamment pourvues en plaques gravées en braille.

http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/expositions/leonard-de-vinci/

De retour d’Angoulême

Deux jours de festival assez crevant, et on ne s’en rend compte qu’après, mais alors on s’en rend bien compte.

Et comme prévu, de belles rencontres. Celle avec Comes va me poursuivre pour la vie. Et puis cela fait du bien de pouvoir parler et simplement voir ses éditeurs et collaborateurs (Casterman) alors qu’ils sont bien trop pris le reste de l’année.

En route pour Angoulème 2013

Un week-end au festival, avec dédicaces, rencontres presse, discussions avec les amis et pas mal de stress dans le froid…

Un séquencier de fini; en attendant la réaction, travail sur un autre scénario

Bon, aucune information ne filtrera de ces deux projets.

Donc ce post ne sert à rien.

Vous avez le droit d’être vexés, furieux et de le dire… 😉

Visite du Cnam

Hier, visite de l’exposition consacrée aux robots.
Intéressante, bien évidemment, avec de nombreux specimens divers et de magnifiques jouets en fer sérigraphiés.
Néanmoins, une exposition un peu courte.
Du coup, enchaînement sur la collection permanente, impossible pour le coup à voir ou revoir d’un seul tenant.
A noter une cusiorité dont j’ignorais l’existence: un appareil d’Emile Reynaud, un praxinoscope stéréoscopique datant de… 1902, constitué de deux bandes animées associées à deux couronnes de prismes. En bref, le système du praxino, doublé pour correspondre chacun à une information à envoyer à chaque oeil par le biais d’un viseur. Etonnant.