100 ans de cinéma d’animation, disponible le 21 octobre 2015.

100 ans de cinéma d’animation.

Encyclopédie mondiale consacrée au film d’animation des origines à nos jours. 416 pages, plus de 500 illustrations. Editions Dunod.

En vente le 21 octobre.

http://www.dunod.com/loisirs-scientifiques-techniques/photo-cinema-audio/tv-video-cinema/100-ans-de-cinema-danimation

Encyclopédie mondiale consacrée au cinéma d'animation. Editions Dunod.

Encyclopédie mondiale consacrée au cinéma d’animation. Editions Dunod.

Interstellar: l’homme est né sur la Terre, va dans l’espace, reste new-âge et tradi parce que l’Amour, c’est beau.

Je n’ai pas cessé de louer les films de Christopher Nolan, avec toutefois quelques réserves. Le choc occasionné par la vision de Memento avait rivé mon attention sur ce réalisateur; Insomnia et surtout The prestige, au scénario époustouflant, m’avaient définitivement conquis.

En tant qu’amateur de SF, je ne pouvais rater le dernier opus, Interstellar (Interstellaire au Québec, au cas où on ne comprendrait pas).

C’est donc, malgré la petite voix qui ronronnait dans mon esprit et me disait: « fais gaffe », que j’ai accepté de m’asseoir 2h48 heures durant devant le film.

Las! La déception a été grande, et il est intéressant de tenter d’en comprendre les raisons.

Pour cela, revenons aux sources du film. Le projet a connu une gestation difficile, comme souvent dans les studios américains. Il est d’abord acheté par Steven Spielberg qui colle Jonathan Nolan, le frère de, au scénario. Le Jonathan est bien connu: c’est lui qui avait écrit Mémento justement (le film variera quelque peu du récit d’origine) et adaptera (très bien) Le prestige. Spielberg décide finalement de ne pas réaliser le film et c’est Christopher Nolan qui le récupère six ans plus tard. Sa vision doit alors s’accorder au précédent développement, même si c’est toujours le frère-scénariste qui reste aux commandes. Et c’est là que l’on sent les deux cultures, les deux propos, frotter.

Il y a pourtant des points intéressants, voire particulièrement bien mis en scène dans le film. Ainsi, la fin montrant un espace à multiples dimensions, ou les vues de la planète aquatique et ses impressionnantes montagnes liquides. Mais tous ces effets visuels n’occultent pas le vide narratif.

Un vide paradoxal car l’espace, pourtant acteur et décor, est singulièrement peu montré, ou en tout cas, sans le moindre amour, sans cet appel que tous les nostalgiques qui ont connu les explorations de la Nasa et le périple vers la lune, ou écouté David Bowie oserais-je ajouter, comprendront. À cet égard, Gravity reste le modèle de l’hymne sans reproche à cette dimension évanescente, froide, aux dimensions extra-humaines mais si fascinante. Dans Interstellar au contraire, on sent en permanence que Nolan veut rester sur terre. L’espace ne l’intéresse pas. Et pour cela, il fait appel à l’humain, ou plutôt à l’image de l’humain, dans tout ce que cette notion peu contenir de désuet et cucul la praline. En fait, tout le propos du film revient à: « ne partez pas: le bonheur, c’est simple comme un champ de maïs et une bonne vieille famille dans une cuisine ». Bref, le film est conservateur et profondément rural. Les pieds dans la boue, la tête dans le passé et non dans les étoiles. Interstellar est un film de science-fiction, certes, mais dont on sent que les prémices scientifiques devaient tant déranger Nolan qu’il n’a pu s’empêcher de flirter avec le fantastique (le fantôme perçu par la fille), même si une explication finale un poil tirée par les cheveux permet de rationaliser les phénomènes paranormaux.

Le personnage principal choisi (pour des raisons peu crédibles) pour être le sauveur de l’humanité, se révélera finalement si lié à sa fille, que cette dernière, restée sur terre et ayant voulu empêcher que son père parte pour l’espace, deviendra la messie de l’humanité. Par le biais des innombrables hommages à 2001 l’Odyssée de l’espace, on n’échappera pas non plus aux transmissions vidéo des proches restés sur Terre. L’amour, davantage que la gravité pourtant citée à de nombreuses reprises, constitue le lien ultime dans l’espace et surtout dans le temps, assure la cohérence de l’univers. Plus fort que la matière noire, c’est dire. Tout ce mélo vaguement new-âge à l’habillage technologique fleure le Spielberg des premières années, et même un peu après: que l’on pense à IA par exemple, modèle de niaiserie mâtinée de candeur. Là où Spielberg avait réussi avec ET en mêlant avec brio science, amour et merveilleux, Nolan s’arrête à notre vie ordinaire, telle que perçue au travers du filtre d’un roman sentimental de gare. Et pourquoi pas d’une certaine manière? Mais le paradoxe est que le film n’est pas très organique: bien sûr, Nolan reprend l’idée des gros plans sur les personnages de 2001 (la vue sur les casques lors du passage du trou de ver), ou maquille convenablement ses personnages pour qu’ils soient liés à la matière et notamment à la poussière (symbole de mort dans le film, mais dont toute personne est issue dans les mythologies, car représentation de l’élément « terre-notre mère »). Mais il ajoute aussi une histoire d’amour de laquelle on ne ressent aucune passion, il ne fait pas éprouver non plus les 23 ans d’attente du pauvre gus coincé dans son vaisseau (on blanchit un peu sa barbe et le tour est joué)… Tout dans le film est froid, dépourvu d’âme, et les trois heures passent lentement. Quant aux explications scientifiques émaillant le film et qui ont constitué le moteur du marketing, elles sont difficiles à suivre pour un néophyte et surtout n’engagent psychologiquement aucun personnage. Les dialogues sont à l’unisson: finalement assez plats, ne révélant que peu de psychologie des astronautes.

Finalement, la bonne surprise de ce film bien trop long vient du design très inventif et même de l’esprit des robots. C’est dire…

What if… les affiches de Peter Stults

6109156915_da8bc5df80_b 138266ce4203d75278dc6f8bab840c63 563a541616bd59190130b6aa5011c9c385d53eb378ac684fcb30d58970501fc3 61fe905b73903dc5ce28782c0977754da8790ef46799cc41757c6017b9c500cd59fcb0e56adb05e8d0eec22f42ce1253 7f893bc915f72fef7b1d2aff61e402d0 3ed2bb56766d97e86ea8591cb95f4cf0 3fbbfdab6d9d90afbced4a99fc54e4da 1a4b0395fc1505b907be5f708c6cbebb

Peter Stults est un graphiste new-yorkais qui s’est amusé à (re)créer des affiches de films contemporains (ou presque) dans un style des années 50 et 60. L’idée n’est pas totalement nouvelle, car la tendance est au rétro avez-vous remarqué?, et Stults s’est par ailleurs inspiré du travail d’un autre graphiste, Sean Hartter, dont vous pouvez contempler les oeuvres là: http://hartter.blogspot.fr/2009/11/misc.html

Loin de moi de minimiser le travail de Peter Stults car il est nécessaire de posséder une bonne connaissance des styles pour pouvoir les détourner et, plus simplement, d’avoir le déclic de la relation entre une mise en page ancienne codifiée et le thème d’un film récent. Le travail sur Drive, notamment, est assez judicieux. Celui de 2001 relève de l’hommage, on l’aura compris, et Lang le visionnaire, réalisateur du premier film ‘sérieux’ de SF, aurait probablement apprécié qu’on lui attribue le chef-d’oeuvre de Kubrick. Peter Sellers aurait été parfait pour interpréter Groundhog Day, on aurait pu porter son choix sur Buster Keaton, mais on aurait trop changé d’époque… Quand à Avatar, avec son florilège d’effets et de 3D, il s’inscrit parfaitement dans la mouvance des films spectaculaires des années 50 et de leur mise en valeur des écrans larges, stéréoscopie etc. dont la nouveauté servait d’appareil publicitaire.

Vous pourrez  admirer davantage du travail de Peter Stults à l’adresse suivante: http://www.behance.net/PeterStults

Janet Leigh

Annex - Leigh, Janet_01

 

Janet Leigh, en costume limite science-fiction… On est loin de Psychose…

The Wrong Man (Le faux coupable)

annex-fonda-henry-wrong-man-the_02

The Wrong Man (Alfred Hitchcock, 1956), d’après un fait divers. Le dernier film du réalisateur pour la Warner. Certainement pas son meilleur, mais Hitchcock témoigne une réelle adresse à suggérer la détresse du protagoniste de manière purement visuelle.

Lorsqu’une image vaut mille mots…

 

Metropolis

photo-tournage-coulisse-cinema-Metropolis-54Scène célèbre, vue sous un angle inédit.

Jeff Desom et Fenêtre sur cour

Day

Jeff Desom (http://www.jeffdesom.com) s’est amusé à reconstituer l’univers de Rear Window (1954) à partir de différentes vues issues du film.

Les divers épisodes de la vie de l’immeuble sont ensuite intégrés, sous différentes lumières.

A voir en vidéo:

Visite du Cnam

Hier, visite de l’exposition consacrée aux robots.
Intéressante, bien évidemment, avec de nombreux specimens divers et de magnifiques jouets en fer sérigraphiés.
Néanmoins, une exposition un peu courte.
Du coup, enchaînement sur la collection permanente, impossible pour le coup à voir ou revoir d’un seul tenant.
A noter une cusiorité dont j’ignorais l’existence: un appareil d’Emile Reynaud, un praxinoscope stéréoscopique datant de… 1902, constitué de deux bandes animées associées à deux couronnes de prismes. En bref, le système du praxino, doublé pour correspondre chacun à une information à envoyer à chaque oeil par le biais d’un viseur. Etonnant.