Erwin Olaf (1)

erwin4 url-1 1319633423 597987 02-emmaus tumblr_lnexa9HDzE1ql3umeo1_1280 tumblr_m13fm0GWeF1qfpewjo1_1280 moooi_shoot01_rgb

Né Erwin Olaf Springveld (1959-), néerlandais. Des études de journalisme, puis un concours en 88 (Chessmen) qui le lance.

Je pourrais parler longuement de son travail assez diversifié et j’y reviendrai ultérieurement avec des clichés témoignant d’autre style. Dans ce post, je préfère privilégier la mise en scène référentielle aux techniques picturales (ouverture souvent unique faisant entrer une lumière extérieure blanche, blafarde presque; mise en place et composition au millimètre, équilibrage des valeurs, estompage des ombres, respect des matières, contrastes de couleurs); et bien évidemment choix des sujets (natures mortes, portraits en pied, scènes religieuses etc.).

La série de natures mortes réalisée en collaboration avec la styliste Tatjana Quax représente un cas ultime de jeu sur le clair-obscur, sur le mise en place, l’effacement des valeurs bouchées ou grillées (trop noires, trop blanches). Tout est mesuré, quantifié, jusqu’au drapé et la position des doigts. Au millimètre. La raison l’emporte, l’analyse prévaut. Là, l’artiste (le photographe) s’efface derrière le modèle à reproduire.

Je dois avouer que j’adore ce type de bel ouvrage. Parce que la référence à l’Histoire de la peinture, et, de manière plus générale, les clins d’oeil à la culture passée me parlent; et parce que le soin extrême apporté à la réalisation de ce jeu force évidemment l’admiration et fait naître un sourire amusé.

Maleonn

413 6143231112 227 135

Maleonn, photographe chinois né à Shanghai, de son vrai nom Ma Liang, né dans un camp de travail (enfin, de rééducation…) dans lequel son père, directeur d’opéra avait été interné avec sa femme.

Il réalise d’abord de nombreux courts métrages et devient l’un des créateurs publicitaires les plus en vogue. Il délaisse alors ce travail alimentaire qui ne laisse que peu de place à la création personnelle.

Rien n’est laissé au hasard dans ces compositions réalisées en studio, qui révèlent le malaise de la société chinoise qui s’occidentalise à grand pas.

http://www.maleonn.com

Laetitia Molenaar, imite Hopper

second-story-sunlight-700x573Sunlight-on-Brownstones

Un travail photographique on ne peut plus référentiel…

Il est intéressant de regarder de près en quoi les deux images peuvent varier en essence: le point de vue, la perspective légèrement différente, la colorimétrie évidemment (mais ce point est si difficile à travailler que l’on doit faire l’impasse).

Au-delà des considérations picturales, les personnages se distinguent aussi, non pas tant à cause de la difficulté à retrouver des physionomies similaires plutôt qu’à retrouver l’esprit d’une époque. En d’autres termes, on ne peut totalement imiter les habitant d’un temps donné.

http://www.laetitiamolenaar.com

 

 

Alfons Alt, photographe

altalfons0700

Alfons Alt est un photographe retravaillant ses clichés avec l’idée de les rendre plus picturaux. Le résultat obtenu s’apparente  à certains tirages anciens, les textures ajoutées suggérant un vieillissement du support.

Désirée Dolron

desiree-dolron-xteriors

Désirée Dolron est photographe, néerlandaise et, depuis quelques années, inspirée par la peinture flamande.

Il n’en fallait pas plus pour m’interpeller, ce d’autant plus qu’au-delà des références, la noirceur de l’univers pictorialiste m’attire.

D’abord inspirée par les rites religieux du monde entier (Exaltation), Désirée Dolron enchaîne sur une série de portraits de garçons immergés et baignés de lumières fantomatiques (Gaze).

La série Xteriors semble à ce jour la plus aboutie. Un travail de lumière complexe, des mois de post-production pour des tirages d’une échelle comprise entre 1 et 1,5 m. Et de pures références picturales, avec un rendu lisse et de formidables subtilités dans les basses lumières.

À voir, son site:

http://www.desireedolron.com